SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2018-04-16 00:00:00
    • Rugbywoman, pas encore un métier
    • Rugby
    • voir
    • RUGBY à XV. Après un Grand chelem qui mis sur le devant de la scène médiatique nationale les joueuses de rugby (à XV) Sportiva-infos a cherché à savoir comment était organisée et vécue la formation des jeunes joueuses de l’Élite : elle est à l’image de la discipline dans son versant féminin : inachevée, en construction mais déjà performante. (Article en accès libre de 4 500 signes). Le maillon fort du Parcours de performance fédéral (PPF) en matière de formatage des futures joueuses d’élite se résume, à ce jour, à quatre pôles espoirs respectivement implantés à Rennes, Toulouse, Lille et Issoire. C’est peu, trop peu pour assurer un maillage territorial décent et permettre à toutes celles qui souhaitent tomber dans la marmite de l’ovalie de ne pas avoir à s’expatrier loin de chez elles au seuil de l’adolescence. En effet, ces pôles accueillent des pensionnaires âgées de quatorze à dix-huit printemps qui, parallèlement, effectuent leurs études au sein d’un lycée partenaire, le sacrosaint double projet, sportif et estudiantin, étant incontournable. Les heureuses élues ont été détectées et évaluées lors de tournois par les cadres techniques de la FFR (Fédération Française de Rugby qui organise la pratique du XV et du 7). Le but : être internationale, pas pro De la seconde à la terminale, elles ont l’occasion, à raison d’un ou deux entraînements quotidiens, de développer leurs habiletés individuelles. «Les filles sont très déterminées, assure Olivier Piat, responsable du pôle lillois. Elles veulent à tout prix réussir sportivement sachant que pour elles, la seule vraie reconnaissance ne sera pas d’être pros mais d’être internationales. En effet, contrairement aux garçons, elles ne viennent pas dans l’optique d’exercer un métier. Ce qui n’empêche pas que la plupart de celles qui ont déjà joué à l’école de rugby soient au même niveau de pratique que les garçons au même âge et suivent donc le même apprentissage.» Bientôt une vingtaine d’académies Reste que toutes ne sont pas passées par cette filière. «On est un sport à maturité tardive, confirme Olivier Piat. Il est possible d’accéder au haut niveau en ayant une pratique relativement récente de l’activité.» Chez les Bleues, Shannon Izar, qui a signé sa première licence à dix-neuf ans, et Caroline Drouin, qui a longtemps joué simultanément au hand et au rugby, en sont l’illustration. Néanmoins, la FFR entend généraliser la formule au nom de l’égalité des chances en créant prochainement une vingtaine d’académies fédérales réparties dans toute la France et qui seront ouvertes aux filles et aux garçons. Elles œuvreront en lien avec un ou plusieurs clubs environnants dans une démarche de collaboration au service de l’athlète. À l’issue de ce cursus, les meilleures pourront, comme c’est déjà le cas actuellement, être admises au Pôle France féminin de Marcoussis, lequel s’adresse à un nombre restreint de filles jugées très prometteuses parce qu’à fort potentiel et susceptibles de participer aux prochaines Coupes du monde. Au Centre national du rugby, elles effectuent, au cours de la saison, plusieurs stages d’une dizaine de jours avec, au programme, des séances personnalisées sous la houlette d’entraîneurs nationaux. Sans compter un suivi médical pointu. L’alternative des Centres d’entraînement labellisés Pour celles qui n’ont pas eu la chance de parfaire leurs gammes en pôle, il reste la possibilité d’évoluer dans l’un des rares clubs possédant un Centre d’entraînement labellisé (CEL) qui soit, de surcroît, mixte, ce qui est rarement le cas. En effet, le rugby féminin n’étant pas professionnel dans l’Hexagone, il n’existe pas, à proprement parler, de centre formation au sens strict du terme. En revanche, les CEL constituent une alternative appréciable destinée aux espoirs de 16 à 22 ans ayant donc achevé leur scolarité secondaire. L’AC Bobigny 93 Rugby, dont l’équipe fanion évolue en Top 8, abrite un CEL largement accessible aux féminines où l’on trouve onze pensionnaires sont des demoiselles. «Le CEL leur offre l’opportunité de s’entraîner quatre fois par semaine, le plus souvent avec les garçons, ce qui est un gage de progression accélérée et d’émulation, explique le coach, Alexandre Gau. Il s’agit d’une préparation au haut niveau avec huit entraînements hebdomadaires, de la musculation, des analyses vidéo de technique individuelle etc.» En somme, de quoi répondre aux exigences du haut niveau. «Les filles s’entraînent de plus en plus en club et y jouent de plus en plus tôt, explique le technicien balbynien. Si bien qu’elles arrivent en seniors avec un bagage technique plus conséquent qu’auparavant et que le niveau commence à monter en flèche pour devenir très intéressant. Nous mettons surtout l’accent sur la rapidité gestuelle ainsi que sur la lecture et la connaissance du jeu. Le but est de leur faire comprendre le jeu afin qu’elles soient en capacité de le lire en situation, c’est-à-dire en allant vite.» A.T.

ACTUALITES

Rugby

Rugbywoman, pas encore un métier

Texte: Alexandre Terrini / Photo : Cédric Poulmaire - Sportiva

RUGBY à XV. Après un Grand chelem qui mis sur le devant de la scène médiatique nationale les joueuses de rugby (à XV) Sportiva-infos a cherché à savoir comment était organisée et vécue la formation des jeunes joueuses de l’Élite : elle est à l’image de la discipline dans son versant féminin : inachevée, en construction mais déjà performante. (Article en accès libre de 4 500 signes).

Le maillon fort du Parcours de performance fédéral (PPF) en matière de formatage des futures joueuses d’élite se résume, à ce jour, à quatre pôles espoirs respectivement implantés à Rennes, Toulouse, Lille et Issoire. C’est peu, trop peu pour assurer un maillage territorial décent et permettre à toutes celles qui souhaitent tomber dans la marmite de l’ovalie de ne pas avoir à s’expatrier loin de chez (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

  1. COUPE DU MONDE: UNE HISTOIRE IRLANDAISE (2/2)

  2. Coupe du Monde: Une histoire Irlandaise (1/2)

  3. RUGBY : FIN DU RÊVE POUR LES BLEUES

  4. RUGBY : ÉTAT DES LIEUX AVANT LA COUPE DU MONDE

  5. LA FRANCE 4e DU CLERMONT SEVENS !

  6. L’HISTOIRE PASSIONNÉE DES BALLES OVALES

  7. CHEROUK ENVOIE DU SON, LES FILLES ENVOIENT DU JEU

  8. RUGBY À XIII : L’ÉQUIPE DE FRANCE PRIVÉE DE COUPE DU MONDE

  9. L’ESPAGNE REJOINT LA FRANCE À RIO…

  10. GRANDE PREMIÈRE POUR L’AUSTRALIE, LA FRANCE NE DÉCOLLE PAS…

  11. LES BLEUES REMPORTENT LE 6 NATIONS, GAËLLE MIGNOT RACONTE

  12. CARLOS ZALDUENDO : « 6 ET PEUT-ÊTRE 8 NATIONS POUR LE PROCHAIN MONDIAL »

  13. L’USAP, FORFAIT GÉNÉRAL

  14. QUAND L’ÉQUIPE DE FRANCE TIENT TÊTE À L’ANGLETERRE…

  15. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 2/2

  16. SEVENS : LE TOURNOI D'AMSTERDAM EN CONTINU 1/2

  17. LES BLEUES AUX PORTES DE L'OLYMPE

  18. UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE XV DE FRANCE

  19. RENDEZ-VOUS EN 2017... MAIS OÙ ?

  20. « MÉDIATIQUEMENT, IL N'Y AVAIT RIEN »

  21. RDV À JEAN-BOUIN !

  22. RUGBY À XV ET SEVENS : LA COHABITATION, JUSQU’OÙ ?

  23. FRANCE ? NOUVELLE-ZÉLANDE ? ANGLETERRE ?

  24. COUPE DU MONDE : À QUI LA 7e LEVÉE ?

  25. FINALE À XIII: LES PATRONNES C'EST LES FILLES DE FACTURE-BIGANOS !

  26. CLÉMENCE, 16 ANS, ARBITRE

  27. COUPE DU MONDE (4/4) : LES AUSTRALIENNES CHAMPIONNES, LES FRANÇAISES AUSSI !

  28. COUPE DU MONDE (3/4) : LA FRANCE 4e NATION MONDIALE

  29. AVEC L'ÉQUIPE DE FRANCE (2/4) : SCÈNES D’AVANT LE MATCH POUR LA 3e PLACE

  30. AVEC L’ÉQUIPE DE FRANCE (1/4): CONTRE L’ANGLETERRE À BATLEY

  31. LES BLEUES MOTIVÉES POUR "LEUR" COUPE DU MONDE

  32. SOUS LES PALMIERS, LA RAGE

  33. « TRAVAILLER LE PHYSIQUE EN VUE DE LA COUPE DU MONDE »

  34. Comment s'extirper (de justesse) des griffes des Eagles

  35. USA-FRANCE À LOS ANGELES: «UNE FORTE MAIS SAINE RIVALITÉ»

  36. TOP 10: LE LMRCV VEUT BOUSCULER LA TRADITION

  37. SEVENS : LES DÉFIS DES FRANÇAISES

  38. LE TOURNOI DES SIX NATIONS SACRIFIÉ, LE RUGBY À XV MENACÉ

  39. SIX NATIONS : BILAN ET CHAMBOULEMENT

  40. ET LA COUPE DU MONDE AU FAIT ?

  41. STADE DE FRANCE ET COUPE DU MONDE

  42. OÙ VA L’OVALIE ? (2/2) LE 13, UN RUGBY VITAL

  43. OÙ VA L’OVALIE ? (1/2) LES CLIGNOTANTS VERTS DE LA FFR

Facebook Twitter