SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2016-09-19 00:00:00
    • PETRA, ANOUK ET LUCIE : AU COEUR DE L’ESCALADE
    • Escalade
    • voir
    • ESCALADE. Quatre ans après la France organisait à nouveau les championnats du monde d’Escalade. Et l’arène de l’Accord Hotels de Bercy a encore fait le plein de spectateurs enthousiastes et de participantes déterminées et survoltées: boostée par l’arrivée aux JO de 2020, l’escalade va bien. Sportiva a rencontré deux championnes et une vice-championne du monde pour incarner l’irruption de cette pratique dans le panorama du sport. Une discipline qui convainc et qui grandit comme nous l’a déclaré le Président de la fédération internationale. Rencontres avec Petra Klinger, Anouk Jaubert et Lucie Jarrige. Retrouvez aussi tous les podiums et le classement de TOUTES les Françaises. (Article de 6 500 signes). Bercy, décidément c’est autre chose. Du moins quand il s’agit d’escalade. Il y a quatre ans les mondiaux organisés dans la même enceinte avaient été un succès total. Pour cette deuxième session mondiale, c’est comme si Bercy, était devenue un lieu symbolique et donc incontournable de l’escalade : même chaleur, même foule, même magie… L’escalade, sport structuré depuis peu, a le vent en poupe et les milliers de spectateurs enthousiastes qui se sont pressés dans l’ancien BOPB (aujourd’hui Accord Hotels Arena), depuis le 14 et jusqu’à ce dimanche 18, ont montré comment un sport, parti de rien, peut, en trois petites décennies, conquérir les coeurs, et bousculer toutes les hiérarchies. L’escalade est ce sport qui a connu un démarrage entre passionné-e-s il y a une trentaine d’années, qui créé sa fédération internationale en 2007 et qui pour 2020 sera olympique. « Un record du monde, rappelle Carlos Scolaris, son président. « Notre développement est exponentiel. Et le couronnement d’intégrer la famille olympique doit beaucoup à la réussite des mondiaux de 2012 à Bercy. » Il ne faut pas beaucoup pousser ce filiforme italien pour qu’il donne ce qui semble constituer la clé de cette consécration: «D’une part, en trente ans on a beaucoup évolué. Mais ce qui a séduit le CIO c’est la jeunesse, la nouveauté de notre pratique et la dimension verticale de notre sport. On se demandait quand même pourquoi il devenait si populaire et les analyses aboutissent à cette conclusion: grimper est un mouvement naturel pour l’Homme. C’est le mouvement de base. Et ce mouvement n’avait pas un sport qui le représente aux JO… » Au vu de la ferveur constatée à Bercy, on comprend cette irrésistible ascension. Sportiva a rencontré 3 championnes représentant cette suces story dans le dédale des travées de Bercy, avec en arrière-plan, les cris de la foule. Sympa autant que tonique. Lucie Jarrige, championne du monde Handi-Escalade (catégorie AL-2) : « Avant la finale j’étais 1re des qualifications. J’étais arrivée en haut des 2 voies, donc j’étais rassurée. Sur la finale je vois que la 1re concurrent reste peu de temps dans la voie. Donc je comprends qu’elle est tombée. La seconde passe et elle reste un peu plus longtemps mais je ne sais pas où elle tombe. Comme la voie était sur le mur de vitesse, je n’aimais pas beaucoup cela. Je n’étais pas très sereine mais très concentrée. Puis je tombe, ça m’énerve. Et j’entends le speaker qui annonce que je suis championne du monde. C’est un gros soulagement, des sourires car rien n’est jamais acquis jusqu’au dernier moment. Je n’ai pas jusqu’à ce titre de palmarès J’ai juste une participation aux Championnats de France cette année. Je suis toute seule en France en amputée jambes à concourir. J’arrive en haut de toutes les voies. Mais je n’ai pas pu être sacrée car on n’est pas assez nombreuses. Donc je ne suis pas officiellement championne de France. Mes objectifs maintenant, c’est du repos et des vacances. Après c’est de continuer à progresser/ Il y a aussi d’autres Coupe du monde, mais surtout il faudra garder le titre. Je ne suis pas du tout aidée par des sponsors. Je suis en thèse de chimie. Donc c’est beaucoup de travail. Mes journées font plus de 12 heures. Après le labo, je vais à l’entraînement, pendant 3 heures. Je m’entraîne 4 jours par semaine. Les semaines sont longues et dures. J’étudie à Gif-sur-Yvette et j’habite Massy. » Anouk Jaubert, vice-championne du monde de vitesse : « En 1/2 finale je me retrouve avec la recordwoman du monde. Donc je savais qu’il fallait prendre tous les risques. Je rate une prise main gauche car j’étais, je crois, un peu trop crispée sur l’épaule. J’ai réussi à me reprendre et à côté elle avait pris de l’avance. Mais je me dis que je peux la rattraper. Ce n’est pas la 1re fois que ça m’arrive avec elle. Cela arrive de temps en temps. Mais sur les grosses compétitions il n’y a pas beaucoup d’erreurs et du coup le moindre loupé, peut coûter cher. Il fallait tout donner et je réussis à la reprendre pour aller en finale. Habituellement entre une 1/2 et une finale il y a un peu plus de temps à cause de l’alternance entre les hommes et les femmes. Mais là non. Du coup c’était une difficulté supplémentaire. A la fin du run des 1/2 il fallait bien se relâcher, bien respirer et se projeter très vite sur le run de la finale. Je savais que mon adversaire avait fait de très bons temps et elle a été très régulière sur les qualifications. Mon point fort c’est le départ mais, là, il ne marchait pas très très bien. J’ai essayé de tout donner tout le long. je n’ai pas fait de grosses erreurs. Simplement elle a été meilleure. Elle méritait de gagner. Je suis déçue car je voulais le titre et que je pense que j’avais les capacités pour y arriver. Sur ce duel-là elle était au-dessus. On s’entraîne au maximum. J’y vais tous les jours; L’entraînement prend une grande place car il y a la partie technique sur la voie. Et à côté la préparation physique où il faut travailler la force, l’explosivité, la puissance. Il y a des exercices de musculation et d’autres spécifiques à l’escalade. Il faut se donner à fond aux entraînements, sinon ce n’est pas efficace. La suite maintenant c’est la coupe du monde qui n’est pas terminée. pour l’instant après 5 étapes due suis en tête, amis la russe contre qui j’étais en 1/2 n’est pas loin au niveau des points. Il reste deux compétitions en octobre en Chine. » Petra Klinger, championne du monde de bloc : « La compétition a vraiment été très spéciale depuis le début. Les qualifs étaient très cool. J’étais en forme, mais je pensais vraiment grimper mieux. Je suis d’ailleurs tomber 2 fois en demi-finale. la compétition était difficile par les émotions: parfois en haut, parfois en bas; Mais c’était énorme finalement. La faible c’était compliquée. Ce sont des millisecondes. Et tue ne peux pas vraiment réfléchir dans des blocs comme ça. Il faut croire que le corps, lui, il le fait. La difficulté c’est que tout le monde s’entraîne vraiment fort pour les Mondiaux. Tout el monde veut être dans la forme de sa vie. Et c’est juste une personne qui est championne du monde tous les 2 ans…Je m’entraîne 2 fois par semaine avec un entraîneur et ensuite c’est toute seule. L’une des différences c’est peut-être que j’aime l’escalade sur glacier que je pratique en hiver. je fais des compétitions mais c’est plus relax. Je peux essayer des trucs, que je peux transférer pour les blocs. Je crois que c’est spécial chez moi et que personne d’autre ne le fait… » Tous les podiums, toutes les Françaises: Handi-Escalade : AL-2 1.Lucie Jarrige (Fra) 2.Kate Salford (Can) 3.Esme Harte (Gbr) AU-2 1.Maureen Beck (Usa) 2.Melinda Vigh (Hun) 3.Lucia Capovilla (Ita) RP-3 1.Elodie Orbaen (Bel) 2.Oriane Moreno (Fra) 3.Aika Yoshida (Jpn) Difficulté : 1.Janja Garnirez (Slo) 2.Anak Verhoeven (Bel) 3.Mina Markovic (Slo) (…) 6.Julia Chamourdie (Fra) 10.Mathilde Becerra (Fra) 12.Salomé Romain (Fra) 12.Charlotte Durif (Fra) 23.Nolwenn Arc (Fra) 24.Hélène Janicot (Fra) 75 classées Bloc : 1.Petra Klingler (Sui) 2.Miho Nonaka (Jpn) 3.Akiyo Noguchi (Jpn) (…) 8.Clémentine Kaiser (Fra) 18.Mélissa Le Névé (Fra) 19.Marine Thévenet (Fra) 23.Fanny Gibert 33;Charlotte Durif (Fra) 59.Maëlys Agrapart (Fra) 65 classées Vitesse : 1.Anna Tsyganova (Rus) 2.Anouk Jaubert (Fra) 3.Juliia Kaplina (Rus) (…) 6.Elma Fleuret (Fra) 13.Victoire Sandrier (Fra) 14.Aurélia Sarisson (Fra) 26.Charlotte Durif (Fra) 46 classées P.M.

ACTUALITES

Escalade

PETRA, ANOUK ET LUCIE : AU COEUR DE L’ESCALADE

Texte, photos et audios: Pascale Marcaggi

ESCALADE. Quatre ans après la France organisait à nouveau les championnats du monde d’Escalade. Et l’arène de l’Accord Hotels de Bercy a encore fait le plein de spectateurs enthousiastes et de participantes déterminées et survoltées: boostée par l’arrivée aux JO de 2020, l’escalade va bien. Sportiva a rencontré deux championnes et une vice-championne du monde pour incarner l’irruption de cette pratique dans le panorama du sport. Une discipline qui convainc et qui grandit comme nous l’a déclaré le Président de la fédération internationale. Rencontres avec Petra Klinger, Anouk Jaubert et Lucie Jarrige. Retrouvez aussi tous les podiums et le classement de TOUTES les Françaises. (Article de 6 500 signes).

Bercy, décidément c’est autre chose. Du moins quand il s’agit d’escalade. Il y a (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter