SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-06-18 00:00:00
    • PERSONNE AUX JO, LA FRANCE KO
    • Boxe
    • voir
    • C’est désormais officiel. Il n’y aura pas de boxeuse française aux Jeux olympiques de Londres cet été. La commission chargée d’attribuer les invitations de dernière minute a tranché ce lundi en défaveur de la Française Estelle Mossely, pourtant pressentie pour décrocher l’unique billet européen alloué aux moins de 60 kg. La désillusion est énorme dans le camp français. C’eut été un événement à ne pas manquer : la boxe féminine enfin intégrée au cœur du programme olympique et parmi les femmes engagées, une Française. Quelle plus belle promotion pour le noble art tricolore qu’une représentante combattant dans l’antre olympique de l’ExCeL London, théâtre des épreuves de boxe prévues en août prochain. Malheureusement, le rêve a tourné court ce lundi 18 juin. Depuis sept jours, la commission tripartite était réunie à Lausanne, en Suisse, ville qui respire l’autorité sportive puisque le Comité international olympique (CIO) et l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) y ont leur siège. Leurs représentants, et ceux des comités nationaux olympiques (CNO) étaient appelés à désigner dans chaque catégorie une boxeuse repêchée par continent. À échanger les arguments, à disséquer chaque dossier, à débattre dans une atmosphère de conclave. Des discussions formelles en somme, bien moins influentes sur le choix final que les tractations en coulisses, habituelles lorsqu’il s’agit de départager des boxeurs sur des critères plus ou moins subjectifs. À ce petit jeu, la France n’avait certainement pas à rougir de ses forces. En la personne du président de la Fédération française de boxe, Humbert Furgoni, elle possédait un atout certain et un interlocuteur reconnu. Il faut dire que ce dernier est président de l’Union européenne de boxe (EUBC) et vice-président de l’Association internationale de boxe (AIBA). C’est d’ailleurs son action qui a permis au dossier Mossely de figurer sur la table des négociations après les Championnats du monde de Qinhuangdao (Chine). Estelle Mossely « dégoûtée » Depuis son retour de Chine, Estelle Mossely, la cadette de l’équipe de France, pas encore 20 ans, est passée par toutes les émotions. Du dépit de la défaite, celle concédée en quart de finale des Mondiaux contre la Tadjike Mavzuna Chorieva (20-12), à l’espoir d’un repêchage olympique. Et, jusqu’à ce lundi, la dépense d’une folle énergie entre de brillantes études d’ingénieur à La Défense et d’intenses séances d’entraînement dans la salle de boxe flambant neuve de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). «Je me suis pleinement investie, relate la championne de France des moins de 60 kg. Maintenant, je ressens du dégoût. » Mobilisée six jours sur sept, matin et soir, Mossely avait toutes les raisons de réserver son aller-retour outre-Manche. À plus forte raison après l’annonce, sans doute hâtive, du président Furgoni de la qualification quasi-certaine d’une Française, lors de son discours devant l’Assemblée générale annuelle de la FFB, le 26 mai dernier à Pantin (Seine-Saint-Denis), information relayée sans pincettes par le site Internet de L’Équipe Car entre-temps les négociations, à l’origine favorables à Mossely, ont progressivement penché en faveur de la Roumaine Mihaela Lacatus, également dominée en quart lors des Mondiaux, mais battue par forfait par la future médaillée d’or, l’Irlandaise Katie Taylor, critère qui semble avoir fait la différence. Ce lundi, c’est après un nouvel entraînement qu’Estelle Mossely a appris la nouvelle par son entraîneur de toujours, Karim Adjir. Une déception aussi amère que le manque de communication, excellent dans la constance avant et après alors que la demoiselle, en pleine période d’examens, sacrifiait son énergie dans l’attente du « oui » que tout le monde lui chuchotait comme acquis. Pas de surprise pour Ourahmoune Elle espérait un « miracle ». Il n’a pas eu lieu. Sarah Ourahmoune, éliminée en 1/8e de finale des Championnats du monde par la Bulgare Stoyka Petrova, n’a pas été repêchée. Le billet a été attribué à cette même boxeuse qui a ruiné ces espoirs de JO. « Je voulais y croire, je me suis donnée à fond pour défendre mon cas. Je n’ai toujours pas compris sur quels critères la commission effectuait ses choix. Nous n’avons eu aucun contact avec la Fédération française. Je suis frustrée de ne pas connaître ces fameux critères qui ne me semblent pas uniquement liés au côté sportif. » C.L.

ACTUALITES

Boxe

PERSONNE AUX JO, LA FRANCE KO

Texte: Christophe Lemaire / Photo: Sportiva-infos

C’est désormais officiel. Il n’y aura pas de boxeuse française aux Jeux olympiques de Londres cet été. La commission chargée d’attribuer les invitations de dernière minute a tranché ce lundi en défaveur de la Française Estelle Mossely, pourtant pressentie pour décrocher l’unique billet européen alloué aux moins de 60 kg. La désillusion est énorme dans le camp français.

C’eut été un événement à ne pas manquer : la boxe féminine enfin intégrée au cœur du programme olympique et parmi les femmes engagées, une Française. Quelle plus belle promotion pour le noble art tricolore qu’une représentante combattant dans l’antre olympique de l’ExCeL London, théâtre des épreuves de boxe prévues en août prochain. Malheureusement, le rêve a tourné court ce lundi 18 juin.

Depuis sept (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter