SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2016-01-18 00:00:00
    • LES DEUX STARS DU DAKAR
    • Sport mécanique
    • voir
    • RALLYE DAKAR. L’une fait partie des meilleurs pilotes motos. L’autre est installée depuis dix ans parmi les quadistes les plus réguliers. Laia Sanz finit 15e de l’épreuve 2016 et en veut encore plus. Camélia Liparoti se classe 11e et termine pour la 7e fois consécutive l'épreuve. Pas suffisant pourtant pour être considérée à sa juste valeur... (4893 signes) Tout est presque normal dans le grand monde du Dakar. Le rallye-raid le plus ancien et le plus dur du monde a célébré sa 38e édition en Argentine et en Bolivie entrel e 3 et el 16 janvier derniers. Et les grands vainqueurs sont des cadors de ce sport exigeant et sans droit a l’erreur. Il y a Stéphane Peterhansel qui a remporté la course autos et signe sa 12e victoire dans cette épreuve légendaire autant que parfois décriée. Marcos Patronelli, le beau gosse argentin, gagne lui pour la 3e fois en quads, et Toby Price, un Australien inconnu, succède, au palmarès motos, au quintuple vainqueur Marc Coma. Et, enfin, Gerard de Rooy domine la concurrence dans la catégorie camions où brillaient jusqu’a présent les Russes sur leurs Kamaz. Tout est donc conforme aux habitudes dans la course la plus dure du monde, installée en Amérique du Sud depuis 2009. Plusieurs femmes, cependandt, se mêlent de brouiller les pistes, mais elles sont deux a y parvenir avec régularité et brio. La Catalane Laia Sanz, multi championne du monde d’enduro et de trial, et Camélia Liparoti, la quadeuse franco-italienne. Liparoti parvient depuis une dizaine d’années à s’imposer par sa ténacité sa présence aux avant-postes de la discipline. Cette année encore, elle termine 11e au classement général alors que seuls 25 quads sur 45 au départ ont terminé. Un vrai savoir-faire. Le double coup de gueule de Camélia Liparotti Aussi, quand elle reçoit sa médaille de finisher samedi 16 janvier sur le podium des bords du Paraná, à Rosario, elle manque de s’étouffer devant les paroles de l'un des directeurs de course : «Il m’a félicité pour avoir terminé. Mais il y a bien longtemps que je ne viens plus pour ça. Je viens me battre pour une bonne place a l’arrivée. Je suis dans la bagarre avec les meilleurs.» La championne du monde FIM ne se calme pas alors que la sono bat son plein et que les pilotes défilent devant la foule. «C’est quand même vexant de se voir restreindre à quelque chose sensée être suffisant. Je devrais donc me contenter de participer... Mais venir et terminer n'est pas une ambition suffisante pour une sportive. C'est toute la considération des femmes qui est en jeu, là.» Dans un milieu où 90% des pilotes sont des hommes, la remarque est d’importance. «C’est comme France Télés qui couvre le Dakar et qui ne trouve pas mieux comme reportage que de parler de Laia Sanz, pour la caution sportive, et de ces femmes qui sur le Dakar sont indispensables parce qu’elles travaillent dans les aspects administratifs ou à la cuisine du bivouac. Mais qu'est-ce que c'est cette façon de nous présenter !» Liparoti a parcouru en 10 Dakar, l’équivalent de 2,5 tours de la Terre. Elle a terminé 9 de ses 10 participations et dame maintenant le pion avec régularité aux hommes. Pas encore suffisant, semble-t-il, pour être reconnue a sa juste valeur. «Je n’ai pas pu m’exprimer totalement» Quand Laia Sanz enlève son casque, c’est un sourire qu’elle offre aux spectateurs qui depuis les barrières l’interpellant. La motarde catalane est connue internationalement et ses exploits dans la catégorie motos sont largement diffusés. Pas de revendication de son côté. Plutôt l’analyse d’une sportive qui sait que sa marge de progression est encore importante : «Je finis 15e alors que l’an dernier j’ai terminé dans le Top 10 (9e, ndlr) mais j’aurais signé pour le résultat de cette année.» Dans ce milieu du rallye-raid où la technologie le dispute à la force physique et aux capacités d’adaptation, le changement d’équipe et de moto pouvaient déstabiliser la jeune pilote passée de Honda chez KTM. «En fait, dit-elle c’était le bon choix. Chez KTM, il y a une telle expérience de la course et une machine tellement fiable !» Son Dakar n’a pourtant pas été facile. En délicatesse le premier jour, lors du prologue, à cause d’un rio qui a bousculé les plans de plus d’un pilote, elle a surtout souffert dans la deuxième partie du parcours. «Je suis tombée dans l’étape Bélen-San Juan et j'ai souffert plusieurs contusions. Là-dessus, j’ai fait une angine. J’ai donc couru un peu amoindrie. Mais c’est surtout l’étape de Super Fiambala qui m’a pénalisée. Pour des raisons de sécurité, à cause de la chaleur extrèmes (40°, Ndlr),l’étape a été neutralisée alors que j’étais dans un bon jour et que j’avais passé de nombreux concurrents. Mon point fort, c’est la navigation, et je n’ai pas pu m’exprimer à fond dans ce domaine qui m’aurait permis de faire la différence...» L'an prochain, Laia sera sans aucun doute prête à améliorer ses perfs. Camélia, elle, sera encore à la lutte pour préserver sa place parmi les meilleurs quadistes du rallye-raid. Ces sportives avancent sans douter. Certains, en revanche, feraient mieux de se remettre en cause. Sportiva

ACTUALITES

Sport mécanique

LES DEUX STARS DU DAKAR

Texte : Rédaction Sportiva. Photos DR.

RALLYE DAKAR. L’une fait partie des meilleurs pilotes motos. L’autre est installée depuis dix ans parmi les quadistes les plus réguliers. Laia Sanz finit 15e de l’épreuve 2016 et en veut encore plus. Camélia Liparoti se classe 11e et termine pour la 7e fois consécutive l'épreuve. Pas suffisant pourtant pour être considérée à sa juste valeur... (4893 signes)

Tout est presque normal dans le grand monde du Dakar. Le rallye-raid le plus ancien et le plus dur du monde a célébré sa 38e édition en Argentine et en Bolivie entrel e 3 et el 16 janvier derniers.

Et les grands vainqueurs sont des cadors de ce sport exigeant et sans droit a l’erreur. Il y a Stéphane Peterhansel qui a remporté la course autos et signe sa 12e victoire dans cette épreuve légendaire autant que parfois décriée. Marcos (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter