SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-05-18 00:00:00
    • LONDRES S’ÉLOIGNE ENCORE UN PEU POUR LES FRANÇAISES
    • Boxe
    • voir
    • On avait laissé Sarah Ourahmoune terriblement déçue. Abattue, même, par son élimination mardi en 1/8e de finale aux Mondiaux de Qinhuangdao (Chine). Trois jours après cette défaite synonyme d’élimination pour les J.O. de Londres où la boxe féminine fera son apparition, la française, tout comme sa compatriote Estelle Mossely, conservait un rêve de repêchage. Cet espoir, pour les deux boxeuses, semble vain. En Chine et en France, ce vendredi 18, on s’est interrogé, on s’est longuement questionné, et on a jonglé entre lueur d’espoir et désillusion. Officiels et sportives tricolores ont scruté le moindre signe positif, le moindre indice laissant penser au miracle. Alors que les Françaises ont raté leur qualification sur les rings de Qinhuangdao, théâtre des Championnats du monde, on gardait en effet à l’esprit le passage par les repêchages. Une étape décidée en conclave qui ressemble davantage à une loterie. Petit point de règlement. D’après le processus de qualification institué par l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) et le Comité international olympique (CIO), 36 femmes participeront aux Jeux olympiques de Londres, 12 dans chacune des trois catégories inscrites au programme londonien (moins de 51, moins de 60 et moins de 75 kg). 24 de ces places sont distribuées aux huit meilleures par catégorie des Mondiaux de Qinhuangdao (avec des quotas continentaux). Restent onze tickets alloués en « commission tripartite » et un offert au pays hôte, le Royaume-Uni. « Nous sommes plus que pessimistes » Pour les nombreux intermédiaires joints par Sportiva-Infos.com, cette commission tripartite demeure très énigmatique. Notamment composée par le Comité international olympique (CIO) et par l’Association internationale de boxe amateur (AIBA), elle doit se réunir la semaine prochaine afin de désigner les heureuses élues. Sur le papier, si le cas de Sarah Ourahmoune semble clos en raison de son élimination précoce, celui d’Estelle Mossely demeurait en suspens. Quart de finaliste en moins de 60 kg, la Française pouvait très bien prétendre au quatrième ticket réservé à l’Europe dans cette catégorie. Problème de taille, la France ne pèsera pas dans cette commission qui, comme de coutume et conformément à la philosophie universelle de l’olympisme, privilégie « des pays émergents ». « Les places allouées en commission tripartite sont attribuées à des nations où la boxe féminine doit être développée, précise Humbert Furgoni, le président de la Fédération française de boxe, joint par Sportiva-Infos.com Pour Sarah et Estelle, nous sommes donc plus que pessimistes. » Et ce dernier de reconnaître l’absence d’influence, logique selon lui, de la France dans cette commission tripartite. Une situation qui risque de priver, serait-on tenté de dire, une boxeuse française de JO au moment même où le noble art au féminin acquiert enfin la reconnaissance qui lui est due. «Nous nous sommes réveillés trop tard… », avoue-t-il. Car s’il est évident que la FFB a fait tout ce qu’il fallait, durant l’année écoulée, en matière de moyens, notamment, mis à disposition des amateurs féminines (participation à un maximum de compétitions internationales), il n’en reste pas moins que les instances françaises ont peut-être loupé le coche bien avant. Ce que reconnaît le Président Furgoni : « L’ancienne direction technique nationale a peut-être été trop obnubilée par les résultats des garçons à Pékin (*) et a peut-être négligé la possibilité représentée par les féminines… » Battues à la régulière, en Chine, les deux françaises sont aussi en train de perdre sur tapis vert. C.L. (*) Daouda Sow : argent en poids léger ; Khedafi Djelkhir, argent en plume ; Alexis Vastine, bronze en super léger.

ACTUALITES

Boxe

LONDRES S’ÉLOIGNE ENCORE UN PEU POUR LES FRANÇAISES

Texte: Christophe Lemaire / Photo: Yaneth Pinilla B.

On avait laissé Sarah Ourahmoune terriblement déçue. Abattue, même, par son élimination mardi en 1/8e de finale aux Mondiaux de Qinhuangdao (Chine). Trois jours après cette défaite synonyme d’élimination pour les J.O. de Londres où la boxe féminine fera son apparition, la française, tout comme sa compatriote Estelle Mossely, conservait un rêve de repêchage. Cet espoir, pour les deux boxeuses, semble vain.

En Chine et en France, ce vendredi 18, on s’est interrogé, on s’est longuement questionné, et on a jonglé entre lueur d’espoir et désillusion. Officiels et sportives tricolores ont scruté le moindre signe positif, le moindre indice laissant penser au miracle. Alors que les Françaises ont raté leur qualification sur les rings de Qinhuangdao, théâtre des Championnats du monde, on gardait en (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter