SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2014-02-24 00:00:00
    • SARAH OURAHMOUNE, L'APPEL DE RIO
    • Boxe
    • voir
    • Avec Myriam Lamare (2002) et Aya Cissoko (2006), Sarah Ourahmoune est l'une des trois seules Françaises championnes du monde en amateur. C'était en 2008, à Ningbo en Chine. Quatre ans plus tard, toujours en Chine, mais à Quinhuangdao, la boxeuse d'Aubervilliers a perdu tout espoir de disputer les Jeux olympiques de Londres où la boxe féminine était pour la première fois conviée. A mi-olympiade et alors que les Jeux de Rio en 2016 se profilent, Ourahmoune, 32 ans, remettra les gants ce jeudi. Est-ce un retour à la compétition ? Elle répond à Sportiva-infos. Sarah, peut-on affirmer que vous revenez à la compétition ? SARAH OURAHMOUNE. Ce n'est pas encore le cas. Je remets les gants ce jeudi à l'Insep, qui ouvre ses portes aux non-pensionnaires. J'ai véritablement repris le sport il y a un mois et demi, en travaillant sur le foncier. Je me donne six mois pour voir si, physiquement, je peux être compétitive. Alors, je déciderai si oui ou non je suis réellement de retour. Avez-vous boxé depuis avril 2012 et cette élimination précoce aux mondiaux en Chine, la fin du rêve olympique ? Je n'ai plus combattu depuis. J'ai poursuivi l'entraînement quelques temps après mon retour en France. Puis, j'ai arrêté. J'ai eu ma grossesse, j'ai rejoint Sciences Po et j'ai créé mon entreprise, Boxing & Company, qui propose du coaching et des initiations de boxe auprès des entreprises. Hormis quelques oppositions, j'ai vraiment fait un break. Je n'ai pas remis les gants sérieusement depuis plus d'un an et demi. Vous sentez-vous en forme ? Oui, pour l'instant tout se passe très bien. Je passe en ce moment des examens médicaux pour évaluer mon état de forme. Le but, à terme, c'est d'avoir la caisse. Je me suis toujours entretenue, y compris durant ma grossesse. Du coup, je n'ai pas trop perdue et je suis plutôt confiante. La passion, la frustration Pourriez-vous participer aux championnats d'Europe, prévus en Roumanie au mois de juin ? Si je décide de revenir à la compétition, je pense que c'est trop tôt. Il faudra voir comment évoluent les choses mais, en revanche, les championnats du monde (en novembre en Corée du Sud, Ndlr) sont envisageables. Il vous faudra pour cela démontrer que vous êtes la n°1 française dans une catégorie de poids... Oui, c'est évident qu'il faudra se mesurer aux meilleures boxeuses du pays. Elles sont jeunes et talentueuses. Et je sais que n'étant pas championne de France, je pars de loin. Mais si je le décide, je serai prête pour jouer ma place sur le ring. Y-a-t-il toujours cette frustration de ne pas avoir disputé les JO de Londres ? Est-ce pour cela que vous envisagez ce retour à la compétition ? Il y a la passion. C'est indéniable, la boxe me manque. Le sport de haut niveau me manque. Et même si je me dis qu'il faudra bien que j'arrête un jour, il demeure cette déception. Ne pas être allée à Londres m'est resté en travers de la gorge. Si je choisis de boxer en compétition, ce sera pour effacer cette mauvaise note et aller aux Jeux en 2016. Ce serait une belle conclusion.

ACTUALITES

Boxe

SARAH OURAHMOUNE, L'APPEL DE RIO

Propos recueillis par Christophe Lemaire. Photo : Yaneth Pinilla B. / Sportiva-infos.

Avec Myriam Lamare (2002) et Aya Cissoko (2006), Sarah Ourahmoune est l'une des trois seules Françaises championnes du monde en amateur. C'était en 2008, à Ningbo en Chine. Quatre ans plus tard, toujours en Chine, mais à Quinhuangdao, la boxeuse d'Aubervilliers a perdu tout espoir de disputer les Jeux olympiques de Londres où la boxe féminine était pour la première fois conviée. A mi-olympiade et alors que les Jeux de Rio en 2016 se profilent, Ourahmoune, 32 ans, remettra les gants ce jeudi. Est-ce un retour à la compétition ? Elle répond à Sportiva-infos.

Sarah, peut-on affirmer que vous revenez à la compétition ?
SARAH OURAHMOUNE. Ce n'est pas encore le cas. Je remets les gants ce jeudi à l'Insep, qui ouvre ses portes aux non-pensionnaires. J'ai véritablement repris le sport il y a un (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter