SPORTIVA

Le sport au féminin

    0

    • 2012-10-19 00:00:00
    • LA CHANCE D'ANNE-SOPHIE DA COSTA
    • Boxe
    • voir
    • « La chance d’Anne-Sophie ». Ce titre aurait très bien pu prendre place au sommet des nombreux articles consacrés par Sportiva-infos aux combats d’Anne-Sophie Mathis cette année. Mais cette fois, il revient à Anne-Sophie Da Costa, pour la nommer, de faire la une. A 30 ans, la boxeuse française se voit en effet offrir un championnat du monde, qui plus est à domicile ce samedi soir à Sedan, contre la Thaïlandaise Teeraporn Pannimit.
      Cette chance, ce n’est pas celle d’une vie. Car la carrière de boxeuse de ce professeur des écoles en classes spécialisées ne s’arrêtera pas sur ce sommet, quelqu'en soit l'issue. « On a un peu l’impression qu’il faut absolument s’arrêter après une défaite, constate Da Costa, poids mi-mouches, qui fait référence aux nombreuses interrogations qui ont entouré la suite de la carrière de Mathis. Je ne comprends pas qu’on puisse me demander si je rangerai les gants Cela ne fait pas beaucoup de temps que je boxe en pro. Je ne compte pas en rester là, quoi qu’il arrive. »
      A plus forte raison quand on dissèque la carrière de la Rémoise, arrivée sur le tard sur le ring, à 21 ans, et immédiatement attirée par la force qui s’exerce entre les cordes. « La première fois que j’ai vu une personne monter sur le ring, j’ai ressenti la pression que pouvait être la sienne à ce moment, se remémore-t-elle, la voix empreinte de passion. Je me suis dit que c’était pour moi. » Quelques années plus tard, la voila en haut de l'affiche, parmi les meilleures de France dans sa catégorie. Mais sa cinquantaine de kilos l’oblige à croiser les gants avec Sarah Ourahmoune, épouvantail des moins de 48 kg, contre qui Da Costa perd plusieurs fois le titre en finale des championnats de France. Insuffisant pour satisfaire sa soif d’émotions fortes. C’est donc parmi les professionnelles qu’elle décide de grimper, il y a trois ans. « Les Jeux olympiques ne m’ont jamais fait rêver, avoue-t-elle. Au contraire de la boxe professionnelle. J’allais voir tous les combats d’Anne-Sophie Mathis ou de Myriam Lamare. J’avais envie d’être à leur place. » Le gros morceau
      Jusqu’à cette année 2012, la jeune trentenaire avançait étape par étape. Les adversaires devenaient à chaque fois plus coriaces, les combats plus longs. Encore insuffisant. C’est alors que la ville de Sedan, à la recherche d’un sport à mettre en valeur, choisit la boxe féminine à travers la voisine rémoise, Anne-Sophie Da Costa. A sa grande surprise, il s’agira d’un championnat du monde. Un Everest en apéritif.
      Face à elle, ce devait être la Japonaise Masae Akitaya, 34 ans, pour un premier combat hors des frontières de l’empire du soleil levant. Ce sera finalement, après réflexion des organisateurs, la redoutable thaïlandaise Teeraporn Pannimit. Au change, Da Costa est loin d’avoir gagné. Imperturbable boxeuse au regard sombre, la frêle Pannimit a déjà écumé les rings. La demoiselle n’a que 20 ans au compteur, mais déjà 23 combats professionnels répertoriés. Une majorité en Thaïlande, mais aussi quelques affiches en Europe, et surtout plusieurs championnats du monde dans le rétroviseur. Ancienne détentrice de la ceinture WBO, elle vient dans les Ardennes chasser une ceinture WBF des poids mi-mouches. « Cette première chance est un peu haute parce que c’est un très gros morceau, confie la Française. Quand on me l’a annoncé au mois d’août, il a fallu que je digère. Je suis toutes les filles au niveau mondial et elle je l’a connais très bien. Elle a été trois fois championne du monde en WBO, c’est un gros palmarès. Elle ne bouge pas beaucoup et a une garde très hermétique, tout ce que je n’aime pas. Elle aura la jeunesse pour elle en plus. »
      Même si Anne-Sophie Da Costa ne recueille pas tous les suffrages en matière de pronostics, ses deux mois de préparation intense peuvent lui permettre de résister au combat physique imposé par la Thaïlandaise. Et qui sait pourra-t-elle profiter d'une halle sedanaise tout acquise à sa cause... Elle qui répète à outrance n'être « rien » face aux phénomènes hexagonaux Mathis et Lamare pourra à son tour devenir quelqu'un aux yeux de tous. Ch. L. Fiche technique. Anne-Sophie Da Costa
      Née à Reims (Marne) le 10 juillet 1982, 30 ans. 13 combats, 13 victoires dont 6 avant la limite. Dernière ligne droite pour Lamare Alors qu'elle doit aller défier l'Américaine Holly Holm le décembre prochain à Albuquerque, Myriam Lamare se rodera quelques minutes avant le combat d'Anne-Sophie Da Costa, face à la modeste Roumaine Floarea Lihet (35 ans, 10 victoires, 11 défaites, 4 nuls).

ACTUALITES

Boxe

LA CHANCE D'ANNE-SOPHIE DA COSTA

Texte : Christophe Lemaire / Photo : DR

« La chance d’Anne-Sophie ». Ce titre aurait très bien pu prendre place au sommet des nombreux articles consacrés par Sportiva-infos aux combats d’Anne-Sophie Mathis cette année. Mais cette fois, il revient à Anne-Sophie Da Costa, pour la nommer, de faire la une. A 30 ans, la boxeuse française se voit en effet offrir un championnat du monde, qui plus est à domicile ce samedi soir à Sedan, contre la Thaïlandaise Teeraporn Pannimit.

Cette chance, ce n’est pas celle d’une vie. Car la carrière de boxeuse de ce professeur des écoles en classes spécialisées ne s’arrêtera pas sur ce sommet, quelqu'en soit l'issue. « On a un peu l’impression qu’il faut absolument s’arrêter après une défaite, constate Da Costa, poids mi-mouches, qui fait référence aux nombreuses interrogations qui ont entouré la (...)

J'achète cet article
ABONNEMENT (3 MOIS OU 1 AN)

Je suis déjà abonné-e:

ACTUS SIMILAIRES

Facebook Twitter